Michel Havard, Association HQE

L’Association HQE porte et encourage, depuis 20 ans, une dynamique de progrès en matière de bâtiment, d’aménagement et d’infrastructures durables. Elle rassemble ainsi toutes les parties prenantes du secteur : institutionnels, maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre, conseil et soutien, entreprises et industries, investisseurs et usagers… pour partager les bonnes pratiques et innover. Elle est reconnue d’utilité publique depuis 2004. Une des spécificités de l’Association c’est d’avoir su passer des idées aux réalisations HQE™, grâce à son partenariat avec Cerqual pour le logement collectif notamment.

Acteur engagé

Pouvez-vous nous présenter le cadre de référence du bâtiment durable ?

Les 14 cibles de la démarche HQE ont permis au secteur du bâtiment et de l’immobilier de progresser. Des sujets tels que l’énergie, l’eau, les déchets, la qualité de l’air… qui n’étaient qu’émergents en 1996, sont devenus désormais des rubriques attendues dans les bâtiments. Depuis le lancement de cette démarche, les connaissances scientifiques ont progressé, les savoir-faire et les pratiques ont évolué et la société exprime de nouvelles attentes. Pour y répondre, l’Association HQE a souhaité proposer un nouveau cadre de référence prenant en compte les différentes dimensions du développement durable.
 La vocation de ce cadre de référence est d’aider le secteur du bâtiment et de l’immobilier à entreprendre et à réussir sa nécessaire transition énergétique, environnementale et sociétale. L’enjeu est de faire en sorte que tous les bâtiments neufs comme existants, conjuguent qualité de vie, respect de l’environnement et performance économique aux bénéfices des habitants et de leur nouvelle attente. Cet usage généralisé du cadre de référence est parfaitement compatible avec la recherche d’excellence qu’encourage également l’Association HQE.
Ce nouveau cadre de référence du bâtiment durable est aussi une feuille de route. En effet, les objectifs proposés n’ont pas tous le même degré de maturité et certains restent largement à explorer. En proposant ces nouveaux sujets, l’Association HQE joue son rôle. Merci à Antoine Desbarrières, directeur de Qualitel, d’avoir accepté de co-animer le groupe de travail qui a produit cette vision prospective du bâtiment en interaction avec son territoire et qui encourage les acteurs à l’innovation.

Vous portez les valeurs du développement durable dans les projets de construction, qu’apporte la certification dans ce cadre ?

Faire un projet, c’est faire des choix. La certification apporte tout d’abord la garantie que les objectifs initiaux seront au rendez-vous à la livraison et aussi que ces choix seront faits pour conjuguer au mieux la qualité de vie, la performance économique et le respect de l’environnement. C’est tout l’enjeu d’un référentiel de certification « bâtiment durable ».

Quel a été votre rôle dans l’élaboration de cette nouvelle offre de certification ?

En qualité de vice-président du comité NF Habitat, l’Association HQE s’est bien sûr mobilisée au côté de Cerqual pour faire de cette nouvelle offre la première déclinaison opérationnelle du nouveau cadre de référence de l’Association HQE. Elle a en outre mis à disposition les résultats de son programme d’innovation collaborative HQE Performance.

Pour vous, quels sont les principaux atouts de cette nouvelle certification ?

Ils sont multiples. En premier lieu, la simplification du paysage de la certification : une certification unique pour tous les types de logement, qu’ils soient en construction, en rénovation ou en exploitation, c’est une avancée certaine qui aide tous les acteurs à s’y retrouver. Ensuite, le fait que cette nouvelle certification soit basée sur le nouveau cadre de référence du bâtiment durable de l’Association HQE : ceci permet de parler un langage commun et d’harmoniser les pratiques. Enfin, la certification NF Habitat HQE permet une certaine souplesse au maître d’ouvrage, qui peut choisir le niveau de performance à atteindre et ainsi s’inscrire dans une démarche de progrès.